7 h 08 : 

Bon ben voilà, hier j'ai eu 27 ans. Rien de bien glorieux, les unités ne sont que rarement glorieuses. Les 20, 30, 40 ans et j'en passe, oui.
Mais au moins ai-je eu le plaisir de découvrir les petits mots bien sympathiques de quelques-uns de mes contacts sur Facebook, au petit matin (23 contacts sur 91 à l'heure où j'écris cet article, mais quand même). C'est marrant de constater que finalement, c'est presque l'un des seuls trucs qui auront contribué à me rendre cette journée moins pesante, alors qu'en général je ne cours pas après les gens pour qu'ils me souhaitent un bon anniversaire.

Mon éducation a voulu ça, de ne pas attendre l'anniversaire de quelqu'un pour lui prouver mon attachement. Mon éducation, je ne lui dois pas tout, mais une partie de ce que je peux être, si on met de côté l'aspect religieux qui ne m'a jamais convenu (en gros, le Dieu des monothéismes, du patriarcat, c'est comme mon père, ça fait des années que ça ne me parle et ne me touche pas plus que ça. J'ai été élevée par une majorité de femmes, donc pour la domination masculine dans ma vie, on repassera.). Il n'y a pas d'éducation meilleure qu'une autre, c'est aussi une question de personnalité...

 9 h 39 :

Récemment, je faisais un tour à Cultura. Au départ, c'était pour un bouquin. Ou de quoi occuper mes dix doigts. Pâte Fimo. Peinture acrylique. Carnet. Bouquin. Enfin bref, je ne sais plus.Mais celui de ma ville est doté de tout un petit rayon santé naturelle/ésotérisme/spiritualité où j'adore traîner. Et en examinant les étagères, je réfléchissais à mon parcours personnel en la matière : bien que venant d'un milieu chrétien, je me suis intéressée au bouddhisme, puis au paganisme (tendance Wicca au départ, pour ensuite explorer deux, trois courants en plus), avant de finalement me poser au niveau du Féminin Sacré. Mon intérêt de départ est à replacer dans le contexte d'un climat familial intenable émotionnellement (enfin, pour moi. Niveau attitude j'étais pas facile à comprendre non plus). C'était il y a des années avant que ça s'arrange. Plus ou moins de 10 ans. Aujourd'hui, sans que cela constitue forcément la base de ma pensée, ou de ma vie même, je peux dire que j'ai gardé une affinité avec ces deux formes de spiritualité, à la fois pour des raisons simples et pour d'autres plus profondes (sur lesquelles je ne communiquerai pas davantage, ceux-celles qui me suivent depuis peu, ou plutôt depuis le début de HdL, les connaissent autant que moi.). 

J'ai toujours été partisane d'une spiritualité sauvage, c'est-à-dire qui s'exprime, qui existe, qui peut éventuellement s'adapter à certaines circonstances et fasciner le monde, mais qui n'emmerde personne.

Une spiritualité qui n'a que faire des dogmes, des prêches, des rituels et des codes d'usage, d'une part parce qu'elle invente les siens, d'autre part parce qu'elle a bien compris qu'en cette époque incertaine, troublée, il s'agissait la plupart du temps de traditions, de conformisme, plus que de choses qu'on ressentirait avec ses tripes autant qu'un soulèvement populaire. Elle n'a que faire de tout cela, elle se moque éperdument des menaces et de la mise en marge -car elle l'est déjà elle-même - mais ne cherche pas à faire le bordel ou des conneries encore plus lourdes de conséquences. Elle existe, point final. Si ça dérange, qu'on regarde ailleurs ou qu'on reste à la maison chez papa-maman à préparer son missel et son carré Hermès pour la messe du dimanche. 

Une spiritualité du réel, qui n'a pas peur de s'émouvoir devant les malheurs du monde mais qui ne se targue pas de régler ses problèmes à grands coups de peace and love ou d'autre chose, comme si elle avait provoqué un tel bazar. Une spiritualité qui se motive aussi par le bon, le beau, le vrai, même s'il dure quelques heures, quelques jours, et qui aspire à cela elle-même.

 

 

Quoi qu'il arrive, bien que coopérante quand j'y trouve un intérêt, je ne revendique aucun bord, aucun camp.

 

large

 

11 h 43 :

Ma spiritualité, c'est quoi ?
C'est les bois autour de la maison familiale. C'est vouloir s'enfoncer dans ces bois, alors que la nuit tombe, ou en plein jour, mais en sachant retrouver son chemin. 
C'est la nuit. Regarder une fenêtre d'un intérieur éclairé alors qu'on est en bas. C'est contempler, c'est espérer, c'est marcher droit dans la nuit, les lumières. 
C'est piquer une crise alors qu'on est seul chez soi, c'est décider de regarder un feu qui crépite dans la cheminée, c'est traîner dans un bain.  
C'est désirer, c'est aimer quelqu'un plus fort qu'on ne se désire et s'aime soi-même, et se demander jusqu'où on irait pour porter, protéger, combler cette personne. C'est aussi gagner en endurance, en noblesse de coeur, quand on pleure mais qu'on reste d'un calme absolu alors qu'il-elle s'énerve, souvent pour des choses pas si graves, ou chiantes sur le moment mais pas si conséquentes. 

C'est plein et peu de choses à la fois, mais je ne vais pas toutes les lister. Je me comprends. Même si ça peut vous paraître hyper métaphysique, je me comprends. ^_^

Comment j'envisage cette nouvelle année dans ma vie ? Plutôt bien. Je vais doucement dans le cours de mes actes, dans mes projets comme dans ma vie personnelle. Voilà pourquoi je n'envisage jamais rien de façon extrêmement positive, c'est pour éviter de me casser la gueule en cours d'année. Mais je reste confiante.

 

Aucun bord, aucun camp.

La vérité ? Vous voulez savoir la vérité ? Je suis une éternelle sauvageonne. Oui, oui, mille fois oui. Personne ne peut m'apprivoiser, sinon peu de monde (encore une fois, je laisse planer le mystère). 

 

 

Alors oui, hier j'ai eu 27 ans. Oui, les unités restent peu grandioses. Mais sans parler de marquer le coup des 30 ans (nous ne savons pas de quoi demain sera fait...), si j'arrive à ce que je veux accomplir avant cette période ce sera déjà bien plus significatif. 

à compter d'hier, j'ai trois ans pour me ranger (sans prendre la poussière du temps et de la routine, hein. Pas pousser non plus.). 

 

Et si je réussis à me faire recaler du club des 27 : 

 

Voilà pour aujourd'hui, je reviens très vite. Je vous embrasse, mes tocards magnifiques.

Souhaitez-moi bonne chance pour y arriver. ^^